Le vin est une boisson alcoolisée obtenue à partir de la fermentation de raisins. Très populaire autour du monde, le vin est très souvent associé à la culture française. En effet, la France est le premier fabricant de vins au monde.

Il existe de nombreuses variétés de vins : le vin rouge, le vin rosé, le vin blanc ou encore le vin effervescent. Ces différences dépendent de la manière dont le vin est produit. La première étape de la fabrication du vin consiste à vendanger les vignes : lorsque le raisin est mûr, il est ramassé par le viticulteur afin d’être broyé. Durant cette deuxième étape, les pépins et la peau sont parfois conservés ensemble (pour le vin rouge), parfois séparés (pour le vin blanc). Ainsi peut commencer la fermentation, lors de laquelle les levures naturelles du raisin vont transformer le sucre du jus de raisin en alcool. Par la suite, le vin est clarifié par filtrage (le vin passe par un filtre qui retient les débris) ou par collage (des substances sont introduites dans le vin afin de faire descendre les débris au fond de la cuve). Enfin, vient l’embouteillage, avec ou sans vieillissement en cave.

Pour les vins effervescents, les bulles ou la mousse proviennent du gaz dioxyde de carbone (CO2), présent naturellement dans les bouteilles. Rejeté par les levures lors de la fermentation, il est normalement minimisé (voire éliminé) lors de l’échange gazeux réalisé grâce aux bouchons en liège. Dans le cas d’un vin « mousseux », le gaz est retenu par un bouchon hermétique qui empêche l’air de circuler et qui finit par former des bulles dans la bouteille, libérées lors de l’ouverture du vin.

Les vins effervescents les plus populaires sont les vins de Champagne, dont les spécificités de fabrication strictes et le goût caractéristique font la réputation depuis des décennies. Les cépages utilisés pour fabriquer le Champagne sont le pinoir noir, le pinot meunier et le chardonnay. Les vins de Champagne, qu’ils soient bruts, rosés ou millésimés, sont incontournables lors des festivités : on lève la coupe aux mariages, aux baptêmes et aux fêtes de fin d’année ou encore aux anniversaires. Leurs bulles délicates témoignent de leur qualité et installent immédiatement une ambiance de fête.

Il existe une grande variété de vins en France et ailleurs dans le monde. C’est en raison de la différenciation faite des nombreux terroirs, cépages, appellations et domaines qui fabriquent le vin. Le terroir détermine l’origine du vin : cela peut être un pays ou une région spécifique. Il s’agit d’un regroupement de parcelles où sont élevées les vignes, chaque terroir a donc des caractéristiques différentes en fonction du climat, de la nature des sols (argilo-calcaire ou sols granitiques) ou encore la topographie des terres.

Les cépages, quant à eux, sont les pieds de vignes élevés sur un terroir. Leurs caractéristiques viennent de la forme des feuilles et des grains de raisin. Parmi les cépages de renom, on retrouve la Syrah, le Grenache.

Les appellations servent à réaliser un classement des vins suivant leur terroir. Suite à de nombreuses modifications du système depuis sa création en 1905, les appellations s’organisent ainsi : les vins de table, les vins de pays, les Appellations d’Origine Contrôlée ou encore les Appellations d’Origine Protégée. Ces appellations ne sont obtenues qu’au prix de nombreuses restrictions, tant sur le plan du terroir que sur celui de la fabrication du vin. Au sein des AOC, existent également des différenciations de crus : les bourgognes comptent les premiers crus et grands crus, tandis que les Bordeaux comptent les premiers crus, deuxièmes crus, troisièmes crus, quatrièmes crus et enfin cinquièmes crus (selon la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855).

Les domaines comprennent un ou plusieurs vignobles et doivent avoir des appellations d’origine (Bordeaux, Bourgogne).

Le goût et les arômes d’un vin dépendent donc de toutes ces caractéristiques bien précises et étalées sur toute la durée de la fabrication du vin. Côté robe, les vins peuvent être plus ou moins colorés, limpides ou « gras ». Les vins rouges peuvent être violacés, grenat ou encore acajou. Les vins blancs peuvent être jaune pâles, cuivré ou citron. Enfin les rosés peuvent être saumon ou « œil de perdrix ». Au nez, la puissance peut varier et l’intensité peut être dense ou discrète. En bouche, les saveurs se traduisent en plusieurs étapes : l’attaque (franche, acide), la structure (mince, tannique), l’équilibre entre l’acidité, l’alcool, le sucre, la persistance (brève, longue) et enfin la rétro olfaction (les arômes au nez après avoir goûté). Les arômes peuvent alors se dégager, sous plusieurs familles : fruitée (abricot, cassis), florale (acacias, rose), épicée (anis, poivre), végétale (champignon, sous-bois), empyreumatique (café, tabac), animale (musc, cuir) et boisée (cèdre, eucalyptus).

En fonction de ces goûts et arômes, les vins peuvent être accordés avec des plats de cuisine. Il s’agit de ce que l’on appelle des « accords mets/vins ». Pour un buffet froid ou encore des sushis, il y a un vin qui rehaussera le goût et mettra en valeur les arômes. Il existe une multitude d’accords mets/vins, parfois classiques, d’autres fois surprenants!

L’achat du vin se fait en grandes surfaces, chez des cavistes spécialisés, directement auprès des domaines ou sur Internet. Les box de vins sont également un bon moyen de faire des cadeaux originaux ou d’organiser des dégustations. Le caviste « physique » en magasins spécialisés ou en grandes surfaces peut apporter des précisions sur certains vins, les occasions de dégustation ou encore les tendances du moment. Sur Internet, une large sélection s’offre à l’acheteur, qui n’a pas à se déplacer pour déguster des vins parfois rares ou difficilement trouvables. Il peut aussi faire de belles découvertes en suivant les suggestions du site. Les récompenses telles que Parker permettent de diriger le choix de certains acheteurs, bien que de nombreux vins non récompensés restent de belles surprises.